Où placer son poêle ?
05 Déc 2019

Vous venez, ou avez en projet d’acquérir un poêle à bois ou à pellets et vous êtes impatients de profiter de sa douce chaleur. Maintenant il faut trouver le bon endroit pour son emplacement.

 

Placer son poêle dans son habitation doit être mûrement réfléchi. Leur positionnement doit faire l’objet d’une réflexion précise pour éviter de mauvaises surprises. En effet, la sécurité, le rendement, l’esthétique sont autant de facteurs à prendre en compte. De plus, trouver le bon emplacement permet également de faire baisser sa facture énergétique. Alors où placer son poêle ?

Que dit la réglementation ?

Le premier paramètre à prendre en compte est l’emplacement des conduits d’évacuation. Si les conduits sont déjà en place, vous n’aurez pas beaucoup de possibilités, mais si aucune évacuation n’est présente, vous aurez l’embarras du choix. Cependant l’installation du conduit doit être conforme aux normes de sécurité pour parer à tout risque d’incendie.
La sortie du conduit ne doit pas excéder le faîtage de 40 cm, voilà pourquoi il est important de bien choisir l’emplacement du poêle. Le tuyau doit être assez loin des éléments de charpente et des matériaux inflammables. La distance peut varier selon le modèle du conduit d’évacuation des fumées, elle peut faire jusqu’à 10 cm.
La configuration géométrique du conduit doit respecter la réglementation en vigueur en France. Il ne peut comporter plus de deux coudes de 90°, et cet angle n’a pas le droit d’être direct.

Les dévoiements doivent être distendus au maximum de 5 mm et comporter un angle de 45 ° maximum. Si ces normes sont bien respectées, votre installation marchera idéalement et le tirage sera optimal.

Où installer son poêle ?

Pour optimiser la distribution de la chaleur, il convient de tenir compte de l’aération et du flux d’air de l’habitation. Le poêle doit se situer en amont de ce circuit d’air pour que la chaleur émise par l’installation soit transportée par ce flux dans tout le logement.  Idéalement, l’air chaud doit circuler des chambres de vie vers la cuisine et la salle d’eau.
La chaleur bénéficie d’une meilleure circulation si elle ne rencontre pas d’obstacles comme les portes. Dans des habitations plus anciennes, il est plus délicat de prévoir la circulation de l’air étant donné qu’il y rarement de ventilation. Si votre poêle est bien placé, il va fortement contribuer à de substantielles économies d’énergies.

Les autres points à prendre en compte

On y pense pas forcément, mais évitez d’installer votre poêle trop loin du lieu de stockage des combustibles, cela vous évitera de trop nombreux vas et viens et l’approvisionnement sera plus pratique. De plus, le foyer doit être facilement accessible pour un meilleur confort lors du réapprovisionnement ainsi que les opérations d’entretien et de nettoyage.

Bon à savoir :

Prenez garde à la présence d’un autre chauffage d’appoint, d’une hotte ou d’une VMC la proximité de ces appareils risque de créer un refoulement d’air.
A présent vous savez  où placer son poêle ? Vous êtes au courant des points à prendre en considération pour installer un poêle, anticipez les emplacements potentiels de votre futur poêle et imaginez le dans son futur environnement. Vous pouvez également prendre des renseignements auprès d’un professionnel, il saura vous guider vers le meilleur choix.

je désire un devis pour un poêle
Les idées reçues sur le poêle à bois
08 Nov 2017

 

En ces temps où l’écologie et le développement durable sont à l’ordre du jour, le poêle à bois a retrouvé sa place au centre du salon. Néanmoins, certaines idées reçues perdurent, et ce, malgré son succès avéré.

Le bon vieux poêle à bois a permis aux hommes de se chauffer depuis des temps immémoriaux. Ces dernières années, bon nombre de progrès technologiques lui ont permis d’obtenir des rendements thermiques qui n’ont rien à envier aux systèmes de chauffage modernes.

Le poêle à bois n’a pas évolué

FAUX : Si son principe de fonctionnement est resté inchangé, les nouveaux modèles de poêles à bois sont nettement plus performants que les modèles qu’ont pu connaître nos grands parents. En effet, grâce à une conception étudiée pour capter le plus d’énergie possible au cours de la combustion du bois, les performances thermiques peuvent dépasser les 80%. Il est même possible d’obtenir un rendement encore supérieur grâce à un poêle à inertie. Ce progrès explique pourquoi un poêle à bois est éligible au crédit d’impôt.

Le poêle à bois demande un entretien contraignant

FAUX : Afin de permettre un fonctionnement idéal sur le long terme, il est primordial (et obligatoire) de procéder à un ramonage une fois dans l’année et d’utiliser du bois sec. C’est l’unique contrainte pour tirer les meilleures performances énergétiques de son poêle à bois. Ces deux gestes sont donc moins contraignantes que la plupart des autres types de systèmes de chauffage. De plus, cet entretien peut être effectué sans faire appel à un professionnel, donc on peut réaliser des économies non négligeables.

Le poêle à bois fonctionne avec tout type de bois

FAUX : Comme nous l’avons expliqué ci-dessus, il est nécessaire d’alimenter son poêle à bois avec un bois sec et de qualité. Il est conseillé de faire appel à des fournisseurs en mesure de vous fournir ce type de bois en veillant à la présence d’un éventuel label (NF). Le bois sec permet un rendement optimum lors de sa combustion. Il est préférable de se fournir en bois sec à un prix plus élevé plutôt que du bois vert et humide pour moins cher : cela permettra de réaliser d’importantes économies sur le long terme. De plus, il est conseillé de privilégier les trois essences historiques pour alimenter le poêle à bois : le chêne, le hêtre et le charme. Ceux-ci ont des propriétés calorifiques supérieurs aux autres essences de bois et peuplent la plupart des forêts sur le territoire français.

Le bois de chauffage n’est pas écologique

FAUX : Le bois est une ressource renouvelable et faiblement émettrice en carbone. Si la combustion d’une bûche émet effectivement du CO2, le bois en émet nettement moins que la plupart des aux autres combustibles et que l’énergie électrique. De plus, il est important de veiller à l’origine du bois afin de réduire l’empreinte carbone de votre poêle à bois. Le bois doit provenir de forêts durablement gérées et si possible de votre région afin de limiter son transport.

L’installation d’un poêle à bois demande de gros travaux

FAUX : Le poêle à bois peut s’installer très facilement dans n’importe quelle pièce à vivre grâce à son faible encombrement. Il faut néanmoins prévoir l’installation d’un système d’évacuation des fumées. Cependant, l’installateur a la possibilité d’utiliser un conduit existant si celui-ci est dans les normes. Un installateur certifié est un spécialiste pour ce type d’installation et pourra vous proposer la meilleure solution.

Bon à savoir : un poêle à bois installé au rez-de-chaussée d’une habitation permettra de diffuser la chaleur dans un maximum de pièces de la maison.

je désire un poêle à bois