Par quoi remplacer une chaudière fioul ?
08 Nov 2018

Près d’un ménage sur 5 en France se chauffe encore au fioul. Et tous les ans, c’est le même constat. Le prix du fioul n’arrête pas d’augmenter et les factures énergétiques impactent considérablement le budget, sans parler de l’impact écologique. Il est peut être temps de remplacer votre chaudière fioul par un autre appareil, voici quelques pistes pour vous aider à faire votre choix.

 

Parmi les différents produits pouvant bénéficier de la prime Coup de Pouce, qui incluent également les pompes à chaleur géothermiques ou encore des systèmes solaires, voilà notre top 3 des meilleures solutions de remplacement pour votre chaudière à fioul.

La pompe à chaleur Air/Eau

Pour faire baisser votre facture énergétique, vous pouvez remplacer votre chaudière fioul par une pompe à chaleur Air-Eau. Celle-ci constitue une solution économique particulièrement bien adaptée pour une maison individuelle, ces installations sont de plus en plus plébiscités.
La pompe à chaleur récupère les calories présentes dans l’air extérieur et les fait monter en température pour réchauffer un liquide caloporteur qui est ensuite injecté dans le circuit de chauffage. Cette installation s’inscrit pleinement dans une démarche éco-responsable.
La pompe à chaleur aérothermique est la plus commune et est très peu énergivore à l’inverse d’un système de chauffage classique.
Son coût et les frais pour la pose sont relativement bas, et l’aérothermie ne demande que très peu de contraintes. Elle représente donc une bonne alternative pour les ménages désirant changer leur vieille chaudière à fioul.
De plus, la PAC peut également participer à la production d’eau chaude. Il est en effet possible de la raccorder à un ballon d’eau chaude sanitaire ou d’opter pour un système intégrant chauffage et eau chaude.

Chaudière bois-bûche

La chaudière bois-bûches est la solution la plus économique. En effet, son combustible est à l’heure actuelle, le moins onéreux du marché. Les économies générées (jusqu’à 30% d’économies sur votre facture de chauffage) ajoutées à son coût raisonnable, sont un excellent moyen de remplacer votre chaudière fioul de manière rentable.
Il y a aussi des aides qui vont contribuer à réduire considérablement l’investissement : le crédit d’impôt à 30%, la Prime énergie et la TVA à 5,5%. Grâce à d’excellents rendements, proches de 90%, et surtout au combustible le moins cher du marché, la rentabilité est au rendez-vous.
Si vous remplacez votre vieille chaudière par une chaudière à bois-bûche, l’installation est très aisée.

Bon à savoir : L’installation d’une chaudière à bois nécessite un circuit de chauffage central.

Chaudière à pellets

A l’instar de la chaudière à bois bûche, les économies réalisées par la chaudière à granulés permettent de rentabiliser votre achat dans les 10 années. Une chaudière à granulés fonctionne de la même manière qu’une chaudière classique. Le combustible, le granulé à bois, dispatche la chaleur dans la maison à travers le circuit de chauffage central. Il est aussi possible de la connecter à un ballon d’eau chaude pour la production d’eau chaude.
La chaudière à pellets à besoin d’être alimentée régulièrement en combustibles. Un silo de stockage doit être installé non loin de la chaudière et doit être approvisionné régulièrement. On rempli généralement le réservoir via livraison des granulés par camion, et un plein tient approximativement une année (selon la capacité du silo).
Pour installer une chaudière à granulés, il suffit de disposer d’un circuit de chauffage central. Ainsi, si vous aviez déjà d’une chaudière (fioul, gaz, charbon…), il suffit simplement de procéder à un raccordement de la chaudière à granulés au circuit pré-existant.

je désire changer de chaudière
Comment bien régler son chauffage ?
01 Déc 2016

Grand froid : comment bien régler son chauffage ?

 

Par grand froid, les températures ont beaucoup de mal à dépasser les 0 degrés. Il est donc conseillé d’adopter certains gestes afin de préserver la chaleur dans son logement et par conséquent de régler son chauffage comme il se doit.

Assurez-vous du bon fonctionnement de la chaudière.

Entretenir sa chaudière une fois par an par un professionnel agréé, quel que soit le type d’énergie utilisée, est obligatoire. C’est une intervention importante pour votre sécurité, mais également pour éviter que votre installation ne tombe en panne au moment où elle est sollicitée plus que la normale.

Régler son chauffage à la bonne température

Une période de grand froid se caractérise par des températures en dessous de 0 degrés, inférieures aux normales saisonnières, et ce durant plus de trois jours. Durant cette période, quelques règles sont à connaître afin de régler correctement son installation et ainsi éviter une surconsommation d’énergie.

Les chauffages d’appoint

En ces périodes de froid intense, on peut vite succomber à la tentation d’utiliser un chauffage d’appoint dans certaines pièces du logement. Prudence ! En effet, une utilisation excessive de certains convecteurs électriques peut être à l’origine d’incendies et faire gonfler votre facture d’électricité. D’autres chauffages d’appoint à combustibles risquent de provoquer des intoxications au monoxyde de carbone. Il est fortement déconseillé de les utiliser plus de deux heures d’affilée.
Une bonne isolation de votre maison joue également un rôle prépondérant dans le réglage de votre chauffage. En effet, des murs mal isolés procureront une sensation de froid dans les pièces, même si elles sont bien chauffées.

Bien régler la température de son logement

L’Ademe (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie) préconise des températures de confort pour chaque pièce du logement durant la période hivernale. En période normale, dans les pièces à vivre, la température conseillée est de 19°C, alors que dans les chambres, 16°C suffisent pour la plupart des habitants. Par temps de grand froid, il est recommandé de maintenir une température de 19°C dans tout le logement, toute la journée, y compris dans les chambres à coucher.
Bon à savoir : Si vous baissez le chauffage durant  la journée sous 14°C, un logement sera moins facile à réchauffer.

Des gestes simples à adopter par grand froid

Pendant les périodes de grand froid, de petits gestes basiques permettent d’éviter la déperdition de chaleur dans la maison et de ne pas solliciter inutilement votre chaudière :

  • Fermer les volets pendant la journée
  • Fermer les rideaux aux fenêtres
  • Fermer les portes des pièces non utilisées afin de garder la chaleur mais également d’éviter les courants d’air
  • Ne pas bloquer les aérations de l’habitation car celle-ci doit continuer “à respirer”. C’est également une mesure de sécurité en cas d’utilisation d’un chauffe-eau au gaz

Généralement pendant un grand froid, il est conseillé de maintenir une température constante de 19°C plutôt que de baisser le chauffage dans la journée et de remonter plus fort dans la soirée.

En cas d’absence

Lorsque vous vous absentez du logement, il convient également de régler correctement votre chauffage.
Moins de 48h

Pour un absence de moins de 2 jours, il est conseillé de régler la chaudière en mode éco. Si cette fonction n’est pas présente sur votre chaudière, il faut régler vos radiateurs de façon à réduire la température de l’habitation de 3°C environ par rapport à la température habituelle.
Plus de 48h

Si votre absence excède 2 jours, réglez votre chaudière sur la position « hors gel ». Votre installation sera maintenue à 7°C environ, ceci évitera aux canalisations, en cas de températures négatives, de geler et de se casser. Néanmoins, si les pièces sont mal isolées ou orientées au nord, la position « hors gel » ne suffira pas en période de grand froid.


je désire un devis pour une révision

Régler sa chaudière fioul en mode hiver
05 Oct 2016

Régler sa chaudière fioul en mode hiver

 

Les besoins en chauffage sont liés aux saisons. Durant la période estivale, en été, il n’y quasiment pas besoin de chauffage, alors qu’en hiver , par grand froid, il est primordial de réchauffer toutes les pièces de l’habitation.

La chaudière fioul actuelle dispose généralement de deux programmes distinctifs pour les périodes de chaleur et les saisons froides.

En mode hiver

Avoir une température agréable chez soi en hiver est indispensable au confort et au bien être des occupants. La chaudière fioul combinant les fonctions de chauffage et de production d’eau chaude sanitaire dispose deux modes différents pour un fonctionnement restreint en été et une activité complète durant la période d’hiver.

Le fonctionnement durant les mois d’été est caractérisé par un arrêt du dispositif de déclenchement du brûleur. Le circuit de circulation dans le réseau est alors en position de veille. En effet, même si on sollicite le thermostat, le chauffage ne démarre pas. La fonction de la chaudière se limite alors uniquement à la production d’eau chaude.
En programmation hiver, le système complet se met alors en route. La chaudière produit de l’eau chaude pour les sanitaires ainsi que pour les radiateurs de chauffage installés dans les différentes pièces du logement. Les chaudières ne produisant pas d’eau chaude sont éteintes en été. Le système doit donc être redémarré à l’arrivée de l’automne et de l’hiver.

La remise en marche du dispositif de chauffage

Avant de redémarrer la chaudière, il est nécessaire de vérifier toutes les installations et les équipements afin que votre chaudière offre un confort idéal et un rendement optimisé. La chaudière se doit d’être vérifiée et entretenue au moins une fois dans l’année, idéalement au moment du redémarrage de la chaudière. A la suite de cette révision annuelle, ainsi que d’éventuelles réparations et remplacement des différents composants, la chaudière peut reprendre ses activités. Dans tous les cas, il est préférable de faire appel aux services d’un professionnel de l’entretien de la salle de bain.

Les autres gestes à effectuer

Pour assurer la bonne reprise de votre installation, quelques gestes supplémentaires peuvent s’avérer utiles.
Purgez vos radiateurs, afin d’optimiser leur rendement et éviter que de l’air accumulé dans les conduits ne prenne la place de l’eau. Cette opération doit se pratiquer sur la totalité des radiateurs. Durant cette opération, le chauffage doit être éteint.
Vérifiez également la pression du circuit de chauffage avant de passer en mode hiver.
En effet, il y a des chances que celle-ci ait pu diminuer durant l’été. Généralement, la pression normale affichée est de 1 bar. Si elle est en-deçà, il convient de rajouter de l’eau en ouvrant le robinet jusqu’à atteindre la valeur conseillée.
Pour finir, il faudra vérifier le niveau du fioul dans votre cuve. Si celle-ci est vide ou que le niveau est bas, il est conseillé d’effectuer un remplissage. En effet, les impuretés qui se sont déposé au fond de la cuve se font aspirer, elles risquent d’encrasser le filtre ainsi que le brûleur.

Si vous avez effectué toutes ces opérations, vous pourrez alors sereinement profiter du confort d’une douce chaleur durant les longs mois d’hiver !


je désire un devis pour une révision

Règles de sécurité avec un appareil à gaz
06 Juil 2016

L’installation d’un appareil fonctionnant au gaz doit impérativement respecter des règles de sécurité.

&nbsp

En effet, un local accueillant cette installation doit répondre à des critères particuliers et doit parfois être réaménagé. Les deux critères principaux à prendre en compte dans l’implantation d’une installation au gaz dans un local sont :

  1. Le volume du local
  2. La présence d’une ouverture dans la pièce

Volume du local contenant une installation au gaz :


Le local où est installé un appareil au gaz doit avoir un volume minimum car celui-ci doit permettre de diluer suffisamment les vapeurs de combustion, pour maintenir une bonne qualité de combustion. Ce volume minimum s’applique donc dans le cas d’appareils non étanches dont les produits de combustion peuvent être évacués au sein du local, à savoir les appareils de type A et les anciens appareils de type B ne possédant pas de sécurité de refoulement.
La règle générale fixe un volume minimal de 8m3, mais il existe quelques dispenses et spécificités :

Types d’appareils Exemples Volume minimal du local Dispenses
A(Appareils non raccordés dont l’air de combustion et les produits de combustion sont prélevés et libérés dans le local) Appareils de cuisson ≥ 8m3 Il n’y a pas de dispenses
B(Appareils raccordés dont l’air de combustion est prélevé dans le local mais les produits de combustion sont libérés à l’extérieur) Chaudières Basse Température ≥ 8m3 – Dépendance ou local réservé exclusivement à l’installation de ces appareils– Appareil muni d’un SPOTT ou d’une sécurité individuelle VMC-gaz comme c’est le cas de toutes les nouvelles chaudières gaz BT
C(Appareils étanches dont l’air de combustion et les produits de combustion sont prélevés et libérés à l’extérieur) Chaudière Haute Performance Energétique Il n’y a pas d’exigence de volume pour ce type d’appareils en raison de leur conception étanche

A savoir : lorsqu’il y a plusieurs appareils de types différents installés dans un même local, il convient d’appliquer la règle la plus contraignante.

Présence d’une ouverture dans le local accueillant l’installation :

Une ouverture dans le local est importante afin de permettre une aération rapide en cas de nécessité. A l’instar du volume minimal, la présence d’une ouverture est obligatoire que dans le cas d’appareils non étanches tels que les appareils de type A et les anciens appareils de type B non équipés de système de sécurité. Généralement, la surface de l’ouverture est fixée à 0,4m² minimum et celle-ci doit donner sur l’extérieur ou sur un espace extérieur d’au moins 2 mètres. Il existe cependant plusieurs exceptions selon les types d’installations :

Types d’appareils Exemples Ouverture Dispenses
A(Appareils non raccordés non étanches) Appareils de cuisson Surface ≥ 0,4m² donnant sur extérieur ou sur cour de largeur > 2m – Local situé entre 2 locaux munis d’ouvrants permettant une aération (comme le présente le schéma ci-dessous)– Appareil muni de sécurité de brûleurs

– Appareil alimenté en tuyauterie rigide ou flexible métallique

B(Appareils raccordés non étanches) Chaudières BT Surface ≥ 0,4m² donnant sur extérieur ou sur cour de largeur > 2m – Dépendance ou local réservé exclusivement à l’installation de ces appareils– Local situé entre 2 locaux munis d’ouvrants permettant une aération (comme l’explique le schéma ci-dessous)

– Appareil muni d’un SPOTT ou d’une sécurité individuelle VMC-gaz (c’est le cas pour les nouvelles chaudières gaz)

– Appareil muni d’un dispositif interrompant la combustion si l’évacuation est insuffisante

– Appareil alimenté en tuyauterie rigide ou flexible métallique

C(Appareils étanches) Chaudières HPE Il n’y a pas d’exigence en termes d’ouvrant pour ce type d’appareils en raison de leur conception étanche

Compte tenu des risques d’incendie, d’explosion ou encore d’intoxication, il est primordial de tenir compte de ces règles et précautions, mais également des normes concernant les ventilations des locaux accueillant une chaudière gaz, afin d’assurer une sécurité optimale de votre installation de gaz. Seul un chauffagiste-sanitaire dans le Haut-Rhin Alsace, saura vous accompagner et vous conseiller dans ces travaux.

Renouveler sa chaudière
25 Mai 2016

Pourquoi renouveler sa chaudière ?

Votre chaudière a plus de 15 ans au compteur ? Il est peut être temps d’envisager son remplacement par un équipement de nouvelle génération ?

Si un remplacement de chaudière représente un coût significatif, il garantit cependant des économies d’énergies sur le long terme. En effet, un chauffage vieillot a également un impact négatif environnemental. Il peut même occasionner une pollution potentiellement nocive et dangereuse pour les habitants. Voici quelques solutions de remplacement parmi les technologies actuelles.

Allégez votre facture énergétique

Le remplacement de votre ancienne chaudière permet de réaliser de grandes économies sur votre facture d’énergie. Selon l’Ademe, le chauffage le poste le plus énergivore du logement. Il représente 60% des dépenses d’énergie. Pour faire des économies non négligeables, une installation neuve et performante est donc un chantier prioritaire.
Avant d’envisager de tels travaux, il est conseillé de réaliser un diagnostic énergétique. Il mesurera l’ensemble des pertes de chaleur au sein de l’habitation, et aidera à déterminer le chauffage le plus adapté à vos besoins ainsi qu’ à la configuration des lieux.
Il est bon de savoir que, dans le cadre de travaux de rénovation énergétique, il est possible de bénéficier d’aides importantes (prime énergie, crédit d’impôt pour la transition énergétique, éco-prêt à taux zéro, ainsi que diverses subventions octroyées par les collectivités locales ou l’ANAH.

Par quoi remplacer son ancienne chaudière ?

De la haute performance grâce à une chaudière à condensation

Cette installation peut rapporter une économie de 20 à 35 % sur votre facture.
Ces chaudières, fonctionnent au gaz ou au fioul. Elles utilisent la condensation de la vapeur d’eau des gaz de combustion, puis récupèrent et renvoient cette énergie. Cette technique permet d’atteindre des rendements dépassant les 100%. La chaudière à condensation peut être murale ou installée au sol pour les modèles les plus volumineux et les plus performants. Ces derniers peuvent être couplés à un ballon pour la production d’eau chaude.

Et pourquoi pas une chaudière à bois ?

Vous pouvez également être tenté par l’installation d’une chaudière au bois. Celle-ci offre d’excellentes performances énergétiques et utilise une ressource naturelle, renouvelable et peu onéreuse. Ces chaudières peuvent être alimentées par des bûches ou des granulés de bois (pellets). Les chaudières à bûches à combustion horizontale (dissociation du séchage des bûches et de la combustion) et à combustion inversée sont plus efficaces que les chaudières à combustion montante.
L’acquisition d’une chaudière à granulés de bois peut représenter un investissement assez important, mais le confort d’utilisation justifie largement cette dépense (moins de manutentions, autonomie supérieure). De plus, elle permet une économie jusqu’à 50% sur votre facture de chauffage.

La chaudière basse température, l’efficacité à moindres frais

L’installation d’une chaudière gaz basse température en remplacement d’une ancienne chaudière à gaz, peut vous permettre de réaliser jusqu’à 20% d’économies sur votre facture de chauffage. Son rendement est proche de 90%. Couplée à un ballon, elle fournit également de l’eau chaude sanitaire.
Néanmoins, avant d’envisager une telle acquisition, il est conseillé de vérifier la compatibilité de vos radiateurs ou de votre plancher chauffant.

Que ça soit pour un équipement neuf ou une rénovation, dans tous les cas de figure, faites confiance à un installateur qualifié et agréé RGE, il saura vous conseiller pour adapter votre future chaudière au plus près de vos besoins.


je désire changer de chaudière