Les idées reçues sur le poêle à bois
08 Nov 2017

Les idées reçues sur le poêle à bois

 

En ces temps où l’écologie et le développement durable sont à l’ordre du jour, le poêle à bois a retrouvé sa place au centre du salon. Néanmoins, certaines idées reçues perdurent, et ce, malgré son succès avéré.

Le bon vieux poêle à bois a permis aux hommes de se chauffer depuis des temps immémoriaux. Ces dernières années, bon nombre de progrès technologiques lui ont permis d’obtenir des rendements thermiques qui n’ont rien à envier aux systèmes de chauffage modernes.

Le poêle à bois n’a pas évolué

FAUX : Si son principe de fonctionnement est resté inchangé, les nouveaux modèles de poêles à bois sont nettement plus performants que les modèles qu’ont pu connaître nos grands parents. En effet, grâce à une conception étudiée pour capter le plus d’énergie possible au cours de la combustion du bois, les performances thermiques peuvent dépasser les 80%. Il est même possible d’obtenir un rendement encore supérieur grâce à un poêle à inertie. Ce progrès explique pourquoi un poêle à bois est éligible au crédit d’impôt.

Le poêle à bois demande un entretien contraignant

FAUX : Afin de permettre un fonctionnement idéal sur le long terme, il est primordial (et obligatoire) de procéder à un ramonage une fois dans l’année et d’utiliser du bois sec. C’est l’unique contrainte pour tirer les meilleures performances énergétiques de son poêle à bois. Ces deux gestes sont donc moins contraignantes que la plupart des autres types de systèmes de chauffage. De plus, cet entretien peut être effectué sans faire appel à un professionnel, donc on peut réaliser des économies non négligeables.

Le poêle à bois fonctionne avec tout type de bois

FAUX : Comme nous l’avons expliqué ci-dessus, il est nécessaire d’alimenter son poêle à bois avec un bois sec et de qualité. Il est conseillé de faire appel à des fournisseurs en mesure de vous fournir ce type de bois en veillant à la présence d’un éventuel label (NF). Le bois sec permet un rendement optimum lors de sa combustion. Il est préférable de se fournir en bois sec à un prix plus élevé plutôt que du bois vert et humide pour moins cher : cela permettra de réaliser d’importantes économies sur le long terme. De plus, il est conseillé de privilégier les trois essences historiques pour alimenter le poêle à bois : le chêne, le hêtre et le charme. Ceux-ci ont des propriétés calorifiques supérieurs aux autres essences de bois et peuplent la plupart des forêts sur le territoire français.

Le bois de chauffage n’est pas écologique

FAUX : Le bois est une ressource renouvelable et faiblement émettrice en carbone. Si la combustion d’une bûche émet effectivement du CO2, le bois en émet nettement moins que la plupart des aux autres combustibles et que l’énergie électrique. De plus, il est important de veiller à l’origine du bois afin de réduire l’empreinte carbone de votre poêle à bois. Le bois doit provenir de forêts durablement gérées et si possible de votre région afin de limiter son transport.

L’installation d’un poêle à bois demande de gros travaux

FAUX : Le poêle à bois peut s’installer très facilement dans n’importe quelle pièce à vivre grâce à son faible encombrement. Il faut néanmoins prévoir l’installation d’un système d’évacuation des fumées. Cependant, l’installateur a la possibilité d’utiliser un conduit existant si celui-ci est dans les normes. Un installateur certifié est un spécialiste pour ce type d’installation et pourra vous proposer la meilleure solution.

Bon à savoir : un poêle à bois installé au rez-de-chaussée d’une habitation permettra de diffuser la chaleur dans un maximum de pièces de la maison.

je désire un poêle à bois

 

Write a post

8.9/10
(30 avis)